Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Démon dans la chair

Dès le générique, le metteur en scène annonce son propos : réaliser un film (quasi-ethnographique) sur les pratiques magiques en ces lieux perdus de l’Italie méridionale. En conclusion, il qualifie son propos de Brechtien, c’est-à-dire marqué par une certaine « distance » vis-à-vis des personnages et de leurs drames.
Une seule séquence, la plus vraie sans doute, convient à ces intentions : celle de l’enterrement d’un enfant avec ses traditions religieuses de type primitif. Mais le film « déraille » rapidement : au prétexte « document », s’ajoute un prétexte dramatique : l’amour malheureux de Maria pour Antonio, ce qui permet de joindre artificiellement diverses séquences de mariage, de recours aux guérisseurs, d’exorcismes, etc…, jusqu’au meurtre final. Des éléments de type onirique se mêlent à ceux plus réalistes. Mais la dominante est celle d’un expressionnisme forcené ou l’on peut reconnaître des influences scandinaves, mexicaines, brésiliennes, ets…, sans parler d’un érotisme sauvage, ostentatoire. Le tout disparate, artificiel, ne parvient pas à nous émouvoir. Sommes-nous du moins instruits par ce voyage en terre étrangère ? Malgré l’habileté des prises de vue, un doute sérieux subsiste quant à la bonne foi du document. Le mélange de pratiques païennes et chrétiennes est un fait que nous ne pouvons récuser à priori, mais d’autres films, « La parole donnée », « Che viva Mexico » l’ont exprimé avec infiniment plus de tact et de profondeur.