Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Yves Saint Laurent

Voici la grande et mythique saga d’un couple dont l’histoire se confond avec celle de l’élégance à la française et de l’amour du beau, sous toutes ses formes. Saint Laurent, disparu en 2008, gracile et gracieux elfe au précoce génie, maniaco-dépressif, impossible, invivable mais si doué que son nom est aujourd’hui celui même de l’allure. Pierre Bergé ensuite, solide, terrien, fiable, protecteur, indéfectiblement amoureux, est cet homme d’affaires, roué et doué, sans le soutien indéfectible de qui rien ne serait advenu. C’est par l’union de la vitalité de l’un et de la grâce de l’autre que s’est bâtie leur légende, ce dont rend compte cet ouvrage au tombé impeccable. Pierre Niney incarne Saint Laurent avec une extrême précision, quand Guillaume Gallienne s’est emparé avec subtilité de la carrure de Bergé. Hommage est ici rendu aussi à la force d’une époque – de la guerre d’Algérie à Mai 68 en passant par la révolution hippie et la libération des femmes (dont Saint Laurent est, très certainement, l’un des plus brillants contributeurs) -, mais aussi à l’incomparable somptuosité, immédiatement identifiable, d’un chic. Outre l’évocation de cet insolent talent, il est aussi ici question de la part d’ombre d’un homme (dépression, alcool, drogue, maladie, relations glauques) qui ne s’avouait heureux que deux fois l’an, lors des collections d’Hiver et de Printemps. Finalement, ne manquent à cette peinture raffinée, adoubée par Pierre Bergé, que des partis pris plus prononcés, qui verraient le parcours du couturier se mêler à l’univers, aux motifs et aux marottes d’un cinéaste, comme ce fut le cas, quelques mois plus tard, dans le Saint Laurent de Bonello. _N.Z.