Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Yeux Jaunes Des Crocodiles

Un tel serait avocat, il aurait “un cabinet” et “des collaborateurs”. Tel autre dirigerait une entreprise ; il y aurait alors une histoire avec “des fournisseurs chinois” et une autre avec des “actions ”. On ne saurait jamais en quoi tout ça consiste mais enfin, vu de loin, ça ressemblerait à du “travail”, à l’idée que s’en fait un enfant recréant avec ses Playmobil le bureau de papa. Telle autre, universitaire, compulserait de vieux bouquins en bibliothèque, où elle rencontrerait un bel Italien, expert médiéviste qui aurait un jumeau mannequin (cela donnerait lieu à un malentendu cocasse). Elle aurait aussi une meilleure copine anglaise (“du pays de Virginia Woolf”, préciserait-elle) qui l’aiderait à relativiser (“That’s life, ma chérie”). Quand quelqu’un gambergerait, ça se verrait tout de suite : il se retournerait dans son lit ou resterait assis dans le noir (ou bien il attaquerait le whisky un peu tôt dans l’après-midi). Ceux qui s’aimeraient très fort se rouleraient dans le sable (ou dans l’herbe), l’érotisme y serait affaire de “seins blancs et généreux”. Les gens n’écriraient pas des livres enfin, mais des best-sellers (il suffirait pour cela d’avoir “de la science et du souffle”). Et au cas où nous autres spectateurs n’aurions pas bien saisi quelque chose, la profession d’un personnage par exemple, les dialogues nous viendraient en aide (“Je suis chercheuse au CNRS ! J’ai un doctorat en histoire !”). Que dire encore ? Daphné Bürki et Gilles Bouleau joueraient leur propre rôle – voilà. On ne sait pas très bien si le film est plus ou moins nul que le roman de Katherine Pancol dont il est adapté. N’étant pas critique littéraire, on ne cherche pas à savoir. À chaque métier suffit sa peine. _T.F.