Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

White Bird

Avec cette adaptation d’un roman de Laura Kasischke, Gregg Araki signe un film moins apocalyptique qu’à son habitude. Le réalisateur réussit néanmoins – parce qu’il y met de l’humour – à créer un sentiment de malaise, en accordant thriller adolescent et mélodrame classique, dans une confusion des sentiments et des émotions très personnelle. En effet, comment une jeune fille peut-elle rester indifférente à la disparition de sa mère ? Faut-il y voir le fait d’un bouillonnement hormonal ? Le récit, très bien ficelé, ne laisse rien au hasard. Chaque indice sert le travail d’introspection de Kat, grâce auquel elle retrouve les morceaux du puzzle de la disparition de sa mère, et comprend, petit à petit, la suite d’événements qu’elle n’a pas voulu – ou su – voir dans un premier temps. Si le film ménage un peu de suspense, et recèle un twist final pour le moins surprenant, le spectateur, dans l’ensemble, a toujours une longueur d’avance sur Kat, qui met du temps à découvrir la vérité. Le cahier des charges du film d’adolescents, avec ses doses d’amour, d’humour et d’amitié, est bien rempli, appuyé par une esthétique de sitcom exagérée. Elle sert le dévoilement du grotesque de l’existence, dans lequel Araki excelle, en composant une critique de la cellule familiale acerbe, voire impitoyable : la mère, asphyxiée par sa vie domestique, se révèle frustrée et alcoolique, la psy aveugle, le détective roublard, et le père, un menteur absolu. La mise à jour des vérités de ce monde adulte aberrant apparaît soudain aux yeux de la jeune fille : elle-même, accaparée par ses émois amoureux, n’avait rien pu voir. Araki n’épargne décidément aucun de ses personnages… _G.T.