Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Voix De L’ombre

Voilà un film aux intentions décidément très floues, dont on suit, sans déplaisir mais sans passion, les paresseux – et parfois gracieux – méandres, sans bien en comprendre les motivations. On se laisse donc emporter dans les pérégrinations nonchalantes du personnage féminin (intéressante France Castel), dont le charme irradie au même titre que les jolies rues de la ville québécoise où se déroule l’action. S’agit-il d’une réflexion sur l’amour et la création (ici photographique), et sur la liberté que ces deux absolus requièrent ? Ou bien nous parle-t-on de la difficulté de devenir vraiment soi-même après une enfance saccagée, comme de cette capacité qu’auraient ceux qui furent des enfants martyrs à se reconnaître et s’aimer ? On ne sait. De même, cette “voix de l’ombre”, qui fait ici titre, est-elle celle de la mort qui assiège Thomas du fond de son coma, ou celle des souvenirs dont la brûlure reste vive ? En effet, les images de ce passé trouble qui refont surface dans son esprit – et dont il tirera d’ailleurs la matière de son propre film – lui dévoilent soudain pourquoi cette femme d’âge mûr le fascine tant. Car elle fut cette jeune fille qui illumina autrefois de son beau sourire gracieux l’enfant triste et malmené qu’il était, et qui vivait dans la maison voisine. Ainsi, si tomber amoureux n’est pas autre chose que l’actualisation d’un souvenir, ne reste alors pour le spectateur un peu égaré que l’ultime et noble recours à la théorie platonicienne de la réminiscence. La connaissance de la vérité n’est que le souvenir d’un état ancien où, avant d’être incarnée, notre âme vivait au contact immédiat des idées, dans le monde intelligible. Connaître, ici, c’est donc aussi se souvenir. _N.Z.