Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Swim Little Fish Swim

Inspirés par l’effervescence du milieu artistique indépendant new-yorkais, Lola Bessis et Ruben Amar, deux jeunes réalisateurs français, ont commencé par organiser des ateliers avec des acteurs : puisant dans les personnalités de ces derniers, ils ont ensuite tissé le récit de Swim Little Fish Swim, jolie histoire d’amitié et d’amour familial, un brin anticapitaliste, dans laquelle priment les rapports humains. Conçu avec un vidéaste et des musiciens convaincants, le film est placé sous le signe de l’ingénuité de son personnage principal, Dustin Guy Defa, musicien excentrique dont la “psychopop” indie évoque des ambiances proches des albums de Devendra Banhart, tandis que le cadre – New York, donc – et la mise en scène, très spontanée, rappellent agréablement les comédies de Julie Delpy (la doublette 2 Days…). Doté d’un petit budget et d’une image numérique à la texture très années 1970, le film s’inscrit dans la lignée d’un certain cinéma indépendant new-yorkais sans pour autant le révolutionner. Mais il y a là un souffle de légèreté et une pointe d’ironie bienvenues du milieu de l’art contemporain (la vision d’un atelier expérimental où les peintres peignent nus, ou encore cette œuvre montrant un serpent dans un labyrinthe avec des souris, et qui meurt d’avoir ingurgité l’une d’elles, malade). Et même si çà et là, un personnage sonne faux (celui de la mère de Lilas, artiste française arrogante, interprétée par Anne Consigny), Bessis et Amar réussissent un beau portrait de famille, intergénérationnel, où l’espièglerie se transmet de père en fille, et la sensibilité artistique de grand-mère en petit fils. _G.T.