Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Supercondriaque

On va finir par se demander si en France, à un moment du processus de création d’un film, quelqu’un relit les scénarios. On imagine assez bien la joie du producteur à qui Dany Boon vient présenter son nouveau projet en lui expliquant qu’il y aura du rire et de l’aventure, que Kad Merad sera de la partie et que le succès de Bienvenue chez les Ch’tis ne sera bientôt plus qu’une vaste blague tant Supercondriaque est armé pour casser la baraque. Et on imagine également que Dany Boon, du coup, a eu l’immense privilège que lui confère son succès passé de faire exactement tout ce qu’il avait envie de faire. Certes, contrairement à d’autres comédies françaises montées uniquement comme des “coups” sans autre ambition, il règne ici un plutôt bon esprit. Ce qui est en cause, ce n’est donc pas tant un problème de cynisme dans la démarche qu’un problème de rigueur dans l’écriture. En effet, le personnage hypocondriaque sur lequel Boon fonde son film est un sujet de sketch qu’il est possible de développer sur trois minutes, mais qu’il est quasiment impossible de faire exister sur deux heures. Du coup, il s’en débarrasse assez rapidement et se lance tout bonnement dans un deuxième film. À la méthode Zidi (un thème et tous les gags possibles pour l’épuiser) succède alors la recette Oury (des quiproquos, du suspense, un grand voyage et en bout de course un beau message humaniste). Sauf que deux moitiés de films collées l’une sur l’autre ne font pas un film qui tient debout. Heureusement, Boon peut se reposer sur des comédiens (et notamment son propre duo avec Merad) et des techniciens suffisamment aguéris pour le maintenir dans une solide tradition de “divertissement populaire”. Mais Supercondriaque n’en reste pas moins un film profondément bancal. _D.N.