Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Son Épouse

Avec Son épouse, Michel Spinosa continue l’exploration de cas psychiatriques amorcée dans Anna M., où Isabelle Carré interprétait une effrayante érotomane. Ici, le réalisateur a choisi de confronter la culture occidentale – incarnée par Yvan Attal, un vétérinaire athée, et sa compagne Charlotte Gainsbourg, ancienne droguée -, au point de vue indien, empreint de christianisme et d’animisme, à travers l’histoire d’une femme se disant possédée par l’esprit d’une autre. Ainsi, ce que l’on considère en Occident comme un trouble dissociatif de la personnalité est perçu en Inde, dans le Tamil Nadu, comme un cas de possession, et relève alors de l’Église. C’est donc tout naturellement qu’un psychiatre indien envoie le mari de Gracie, la possédée, consulter à l’église du quartier et rencontrer un homme se prévalant du pouvoir de faire parler l’esprit en elle. Comme Joseph, le spectateur peut être, au départ, sceptique. Mais Spinosa, pour raconter cette histoire de deuil et de guérison, a adopté un style très réaliste, opérant un va-et-vient constant entre passé et présent, entre la France et l’Inde, bordant parfois le documentaire, notamment lorsque la caméra s’attarde dans le jardin hébergeant les possédés, réellement attachés à des arbres (ainsi que l’est Gracie qui, de son propre aveu, devient agressive le soir). Ainsi, l’histoire se prévaut-elle avant tout de sa crédibilité, évitant l’écueil fantastique. Mais, à force de s’en tenir exclusivement à cette veine réaliste, Son épouse souffre de quelques longueurs. On peut regretter que Spinosa n’ait pas, à l’instar de Desplechin dans Jimmy P., fait un plus grand usage des possibilités de la mise en scène pour rendre compte des tourments d’une âme “hantée”. _G.T.