Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Sms

Est-ce le nom du réalisateur, auquel on doit Neuilly sa mère !, succès surprise de l’année 2009, ou celui des acteurs (Guillaume de Tonquédec, Anne Marivin, Franck Dubosc…) ? SMS a tous les atours d’une comédie mais, en réalité, ce n’est pas une comédie. Très vite, la tournure des événements annonce la couleur, et elle est plutôt sombre. Pourquoi pas ? En adaptant avec Laurent Bénégui le roman de ce dernier, Gabriel Julien-Laferrière évoque quelques faits de société – le travail au noir, l’envahissement de nos vies par la téléphonie, la trahison conjugale – tout en se concentrant sur le rapport père-fils. Mais le ton résolument badin de la voix off et l’empilement de catastrophes gaguesques voudraient tirer l’ensemble vers la légèreté, ou au moins l’humour noir. Le problème, c’est qu’on ne rit jamais. Le film reste bloqué entre deux voies : la fable initiatique et le drame de la mouise ordinaire. Sans doute parce que Laurent se veut tellement monsieur Tout-le-monde qu’il en devient anormalement naïf et déconnecté, et que le regard posé sur lui et son épouse Nathalie, qui reste une garce impardonnable malgré les efforts d’Anne Marivin, est tout sauf empathique. Pourtant, à travers le personnage, à moitié raté, du frère obsessionnel (Dubosc) et celui, réussi, de Stéphane, ex toujours amoureuse et romantique doublée d’une femme de tête vivante et drôle (Géraldine Pailhas, belle à tomber par terre), on entrevoit les directions dans lesquelles le récit pouvait trouver sa folie et son rythme. Au lieu de ça, malgré les montagnes russes du scénario, l’ensemble souffre d’une sorte de ronron permanent, que la mise en scène, fonctionnelle, ne vient jamais réveiller. _I.D.