Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Si Je Reste

Après plusieurs documentaires (dont, en 2009, The September Issue, consacré à Anna Wintour, “la papesse de la mode”), R.J. Cutler signe une première fiction, adaptée du roman éponyme de Gayle Forman. Le récit porte sur la décision de vivre ou de mourir que doit prendre une jeune fille, dont la famille vient d’être décimée dans un accident de voiture : elle, est dans le coma et se remémore ce qui peut la rattacher au monde des vivants ou à celui des morts. Ce qui distingue d’emblée Si je reste des traditionnelles productions jeunesse est le traitement mature de questions adolescentes : le risque que l’on prend à être amoureux ; celui à assumer une ambition personnelle ; la difficulté à concilier les deux. Puis, donc, en toile de fond, le choix de quitter les siens pour construire une nouvelle famille. Le contexte est assez peu vraisemblable – la jeune fille apprend la mort successive de ses proches et garde les idées plutôt claires et le cœur solide – mais la narration est fluide et inventive. Faits de flash-backs éparses (allant de sa naissance au matin même de l’accident), les souvenirs de Mia éclairent subtilement son choix. Le film doit surtout son intérêt à l’habileté de Cutler, en documentariste pour qui un personnage est avant tout une personne, à faire exister chacun d’eux dans une certaine vérité. Habileté très bien secondée par le talent de ses interprètes – notamment Chloë Grace Moretz, étoile montante récemment vue dans Sils Maria d’Olivier Assayas. Si la fin est cousue de fil blanc et des éléments narratifs parfois tragiques à l’excès, Si je reste trouve malgré tout le moyen de toucher par sa sensibilité et offre une réflexion intéressante sur la fragilité de l’existence. _F.B.