Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Salvation

Il y a presque quinze ans, le Danois Kristian Levring présentait à Cannes The King is Alive. En 2014, la Croisette lui a offert une séance de minuit pour The Salvation. Un western au casting alléchant (de l’omniprésent Mads Mikkelsen à… Éric Cantona !) mais qui prend le spectateur à contrepied. En effet, plutôt que de jouer sur les conventions du genre ou de chercher à les actualiser – voire les malmener -, le cinéaste les reproduit fidèlement, par exemple en attribuant à chaque membre de son casting un rôle attendu. À Mikkelsen celui du héros meurtri, à Jeffrey Dean Morgan celui du hors-la-loi impitoyable… Levring et son coscénariste, Anders Thomas Jensen, passent en revue tous les thèmes liés de près ou de loin au genre – la violence inhérente à la conquête de l’Ouest, la corruption des élites, la vengeance, les conflits de classe, le déracinement… – sans jamais s’y attarder, laissant autant de pistes en suspens. Et le film suit un chemin balisé, quoique plaisant et efficace : The Salvation est le récit d’une vengeance, celle d’un homme qui avait mis sa propre vie entre parenthèses pour préparer celle de sa famille, dans un nouveau monde. Or, Levring élude la question de cet espoir perdu et ne résout pas l’énigme que constitue le personnage de Madelaine (dont on peut penser que le frère de Delarue l’a plus traumatisée que les Peaux-Rouges qui l’ont mutilée enfant)… De ce film purement théorique, on retient malgré tout un travail visuel inattendu, aux accents gothiques (un clair de lune sorti du Sleepy Hollow de T. Burton), mais où la surexploitation des retouches numériques finit par se ressentir avec insistance, comme pour souligner un peu plus le contexte désincarné du film._Mi.G.