Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Sac De Farine

En partie autobiographique, Le Sac de farine, premier long métrage de Kadija Leclere, évoque le sort d’une petite fille précipitée, du jour au lendemain, dans un environnement affectif, social et culturel résolument différent de celui qui jusque-là était le sien. Articulé autour d’un scénario auquel, de toute évidence, il aurait fallu consacrer davantage de travail, le film ne parvient pas à en transcender les lacunes, la finition mal dégrossie. Mettre en scène le père de Sarah de manière si opaque, le décrire si impropre à la parole, si totalement imperméable à toute espèce d’émotion ou de tendresse envers sa fille, désincarne paradoxalement l’extrême violence de la situation faite à l’enfant. Il en va de même des séquences de révolte de la faim – si douloureuses dans la mémoire des Marocains – séquences manifestement tournées à l’économie, ce que nul ne saurait reprocher à la réalisatrice. On peut déplorer en revanche qu’elle se montre si peu inspirée pour en montrer la brutalité, incapable d’en passer par une forme de stylisation, d’en traduire l’esprit sinon, faute de moyens, la lettre. Enfin, la conclusion donne le sentiment d’avoir été écrite, et tournée, à l’emporte-pièce comme si, dans un recoin du plateau, un producteur signifiait, le doigt sur la montre, qu’il fallait en finir. Tout n’est pas si noir cependant. Hiam Abbass et Hafsia Herzi font ce qu’elles ont toujours su faire ce qui, après tout, n’est pas si mal. Il est tout à fait possible enfin de prendre plaisir et intérêt au petit documentaire sur la laine et le tricot qui, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, se tisse au second plan du film. C’est même l’impérieuse condition pour ne pas sortir tout à fait déçu. _R.H.