Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Retour À Ithaque

S’il est une chose que l’on ne peut contester à Laurent Cantet, c’est son statut de cinéaste libre, assumant des choix personnels et souvent assez inattendus. Ainsi, tout en s’étant fait le chroniqueur régulier de la société française (Ressources humaines, L’Emploi du temps, Entre les murs), il ponctue sa filmographie de régulières escapades au-delà de l’Europe : à Haïti (Vers le Sud), aux États-Unis (Foxfire) ou, cette fois-ci, à Cuba. Toutefois, même si elle s’étage sur deux niveaux, la filmographie de Cantet tend avec constance vers l’exploration d’un seul thème principal – le rapport entre l’individu et le groupe, entre le social et l’intime – qu’il réussit ici à attaquer encore sous un nouvel angle. Malheureusement, si dans ses précédents films son propos était soutenu par des récits d’où jaillissaient l’émotion (L’Emploi du temps), le trouble (Vers le Sud) ou l’énergie (Entre les murs), dans Retour à Ithaque, il reste écrasé sous la pesanteur d’un dispositif théâtral (unité de temps, de lieu et d’action) beaucoup trop didactique. Le film réussit pourtant à capter, ici et là, des choses assez passionnantes sur l’état de la société cubaine et livre aussi de pertinentes variations sur le thème des illusions perdues. Mais hélas, il en étouffe toute la puissance par le recours à une mécanique narrative voyante et stéréotypée, où le rythme des rebondissements semble minuté avec précision, et où les classiques trois temps de la petite musique hollywoodienne (rire / affrontement / émotion) s’enchaînent en boucle avec une régularité de métronome. Si bien que l’on achève ce Retour à Ithaque, pourtant de belle facture, à la lisière de l’indifférence. _N.M.