Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Refroidis

Pour son troisième long métrage, présenté à la Berlinale de 2014, Hans Petter Moland délaisse le drame et la comédie (The Beautiful Country, Un chic type) pour aborder le thème de la vengeance et se fondre dans l’univers rigoureux d’un hiver norvégien. Refroidis démarre comme un thriller classique : Nils doute que son fils soit mort d’une overdose, comme l’affirme la police. Malgré la douleur de sa femme, dont la raison vacille, ce conducteur de chasse-neige, immigré danois introverti et “bien intégré”, dixit un politicien local, mène sa propre enquête et remonte la piste du commanditaire du meurtre de son fils. Rien de bien nouveau, sauf que ce “vigilante movie” bascule rapidement dans une comédie loufoque et macabre, teintée d’une forme d’humour noir décalé. L’une des idées originales vient du décor somptueux de l’action, qui se déroule principalement sur les routes enneigées, par -30°C. À bord de son imposant chasse-neige, rappelant le camion du Duel de Spielberg, Nils pourchasse des gangsters stupides et à la gâchette facile, incapables d’imaginer la vengeance d’un justicier solitaire (superbe Stellan Skarsgård). Dialogues burlesques entre personnages secondaires aux surnoms ridicules et situations violentes et absurdes (parfois drolatiques), émaillent un scénario boosté par l’interprétation talentueuse des chefs de gang fanatiques (Bruno Ganz, Pål Sverre Valheim Hagen en dandy maniaco-dépressif imprévisible). Mais n’a pas le talent de mise en scène ni l’humour corrosif de Tarantino qui veut. Refroidis est assez réjouissant mais n’invente rien, et souffre de la comparaison avec ses influences. _M.T.