Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Pride

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes et lauréat de la Queer Palm, Pride dévoile un événement méconnu des années Thatcher. Le soutien qu’un groupe de la communauté homosexuelle londonienne apporta aux mineurs du Pays de Galles pourrait a priori sembler anecdotique, mais il est dans le même temps à ce point invraisemblable qu’il méritait bien qu’on le raconte. Pride teinte d’une certaine fraîcheur ces années noires du gouvernement Thatcher, ce qui constitue à la fois une qualité et une possible réserve. Car le film, justement, ne s’éloigne guère de la dimension anecdotique, lorsqu’on aurait pu s’attendre à une dénonciation sociale et politique bien plus prononcée. Pride est néanmoins un modèle d’œuvre chorale (genre dont les Britanniques se sont fait une spécialité), et les ressorts comiques sont réjouissants, servis de surcroît par le charme des nombreux acteurs réunis à l’écran (Bill Nighy, Imelda Staunton ou encore Andrew Scott). Le choc des cultures ici dépeint doit beaucoup à ces derniers, ainsi qu’à la mise en scène des séquences londoniennes et galloises, éclairées de manière très contrastée (parfois un peu trop, d’ailleurs), façon de souligner la rupture entre les deux mondes. Si Pride, donc, se veut davantage une comédie britannique que le tableau d’une époque, il n’en est pas moins possible d’établir une (inquiétante) comparaison avec la société française d’aujourd’hui. Car Matthew Warchus, en montrant qu’en 1985 les Anglais sont descendus main dans la main dans les rues, nous rappelle qu’en France, en 2014, nous descendions dans les rues les uns contre les autres. _D.C.