Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Pelo Malo

Plus qu’un film sur l’homophobie d’une société machiste, Pelo malo dépeint, de manière réaliste, la lutte quotidienne d’une femme qui, en un lieu où sévit la violence urbaine, élève seule ses deux enfants. Devenu l’un des pays les plus dangereux du monde, le Venezuela a en effet enregistré 24 000 homicides en 2013. Mariana Rondón, réalisatrice et plasticienne, a choisi de montrer, non pas les hommes qui s’entretuent mais les effets qu’un tel désastre produit sur la vie de ceux qui restent. Le père de Junior ayant été tué, sa mère, Marta – très juste Samantha Castillo – a peur que son fils ne subisse le même sort. Aussi l’élève-t-elle à la dure, dans l’espoir qu’il sache se défendre. Elle-même n’affiche sa féminité que pour récupérer son travail en couchant avec son patron, tandis qu’elle se bat pour que son fils ne montre aucun signe de fragilité. Junior semble perdu entre une mère vigile, l’absence de père, une grand-mère qui le voit en star disco, une copine qui se projette en Miss et la mère de celle-ci qui entraîne sa clientèle féminine à ne pas trop manger. Ce portrait familial se construit au fil de scènes dans lesquelles la réalisatrice laisse découvrir, grâce à une multitude de détails délicats, durs, parfois ridicules ou intolérables, la survie d’une femme ordinaire à Caracas, le tout remarquablement photographié. Dans ce cinéma intimiste, qui repose sur de rares dialogues, les images racontent les conflits de générations, les jeux d’enfants, le travail des mères. Tout s’imbrique avec fluidité pour nous faire toucher du doigt les difficultés de la mère et du fils. Et c’est dans cette relation assez rêche que le propos prend toute sa force. _G.T.