Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Ondes, Science & Manigances

C’est en Alsace que débute l’enquête du documentariste Jean Heches sur la nocivité des ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile. Un collectif de citoyens proteste contre l’installation d’une antenne-relais dans un village, nuisible aux enfants notamment, alors que le maire, se référant à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), affirme l’innocuité de cette technologie. La journaliste Nancy de Méritens, collaboratrice du cinéaste, constatant par elle-même dans le Nord la concentration anormale d’enfants atteints de cancers à proximité de ces antennes, enquête. Dans le monde, la contestation s’amplifie et les études à charge se multiplient alors que les États, les industriels et une partie de la communauté scientifique continuent de nier l’incidence des ondes électromagnétiques sur la santé. Qui croire ? Le film dévoile la façon dont les magnats de la téléphonie moderne (Ericsson, Motorola), prenant exemple sur l’industrie du tabac (Philip Morris notamment), développent leur “stratégie de défense du produit” pour manipuler la science – qu’ils financent -, inoculant un doute artificiel sur des études scientifiques alarmantes. Telles les “orgues de Staline”, des vidéos d’archives, documents écrits, interviews de victimes, interventions de parlementaires européens ou d’experts scientifiques viennent illustrer, voire marteler à vive allure, la démonstration implacable de la collusion entre les lobbyistes industriels et les professionnels de santé de l’OMS. La voix off du narrateur ne laisse guère de place aux études contestant la nocivité de cette technologie utilisée par tous ou presque… L’enquête remonte aux origines du problème, avec la recherche sur les micro-ondes des radars américains pendant la guerre froide. Timidement, les premières normes de protection des personnels impliqués apparurent aux États-Unis comme en URSS. Mais quid des effets désastreux actuels de la proximité d’un aéroport militaire sur l’électro-hypersensibilité d’une femme suédoise s’exprimant à plusieurs reprises à l’image, obligée de déménager sans cesse pour fuir ses migraines insupportables ? Les radars américains sont disséminés sans vergogne sur la planète entière depuis le traumatisme du 11 septembre 2001. À Bruxelles, le réalisateur filme divers experts qui bataillent sur le bien-fondé des études démontrant la dangerosité des lignes à haute tension ou des ondes émises par les téléphones portables sur le cerveau. Ponctuellement, la journaliste suédoise Mona Nilsson, spécialiste en la matière, produit des documents compromettants, impliquant les représentants de l’ICNRP (Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants), indépendante et reconnue par l’OMS, en plein conflit d’intérêt avec les lobbies industriels. Le spectateur aura compris que ce film à charge est un vibrant plaidoyer en faveur des “lanceurs d’alertes” toujours plus nombreux, qui se battent pour faire changer la classification des risques encourus en matière de santé publique. Précisons que, dans le village alsacien où commençait le film, le maire ayant autorisé l’antenne-relais fut ensuite attaqué devant le tribunal administratif… _M.T.