Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Noor

Coréalisé par deux documentaristes aguerris, Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, l’une turque et l’autre français, Noor prend pour objet la vie de son interprète éponyme, Noor, qu’il décline en un stupéfiant road-movie, dont la trajectoire commence dans l’extravagance chromatique d’une entreprise où de considérables poids-lourds viennent se faire refaire une beauté, pour s’achever dans la splendeur des paysages des confins du Pakistan. D’une beauté androgyne déroutante, Noor est un Khusra, c’est-à-dire qu’il appartient à une communauté de transgenres, dénomination qui n’a pas plus de rapport avec les figures occidentales de l’homo, du queer ou du trans que le film n’en entretient de son côté avec les postures militantes et l’expression de revendications identitaires du cinéma dit “LGBT”. En route vers ce qu’il est, un homme, ce dont il semble n’avoir jamais douté, Noor emprunte les voies d’un parcours initiatique parsemé de rencontres et d’épreuves dont la valeur symbolique ajoutée renforce le sentiment d’avoir affaire à un objet cinématographique, sinon exotique, absolument singulier. D’une grande force visuelle, ce premier long métrage de fiction n’en détaille pas moins, en creux, la rigidité d’une société où les fondamentaux religieux et les archaïsmes culturels réglementent, pour les étrangler jusqu’à l’asphyxie, les possibilités d’être soi et, par conséquent, les conditions de l’épanouissement individuel. Présenté par l’ACID à Cannes voici deux ans, Noor aura mis autant de temps à trouver le chemin d’une sortie sur les écrans. On le voit, il s’agit, là aussi, d’un parcours semé d’embûches, d’inquiétude et d’espoir. _R.H.