Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

N’importe Qui

Ceci n’est pas du cinéma. Comment, dès lors, qualifier cet objet dont le scénario semble avoir été écrit n’importe comment et les personnages interprétés par n’importe qui ? Commençons par préciser que la réalisation fait preuve d’une grande laideur. En réalité, N’importe qui n’est qu’un produit dérivé de YouTube ! Des producteurs ont vu en Rémi Gaillard (devenu une vedette en mettant en ligne ses happenings potaches et irrévérencieux) un personnage de film et ont demandé à Raphaël Frydman (Adieu Babylone) d’en faire un antihéros de cinéma. Mais Frydman n’est pas un bon scénariste, ni le gaillard en question un comédien. Et ceux qui l’entourent, guère davantage… Après un “best of” des exploits du trublion de Montpellier, le scénario l’imagine victime d’une dépression, par ailleurs grotesque et vulgaire. Enfin, dans le dernier quart d’heure, sont reproduits, pour le grand écran, quelques gags décousus, fac-similés certifiés conformes de ce que l’amateur produisait avec son caméscope. Il n’y a rien à attendre d’un film qui, dès l’affiche, annonçait son programme – “C’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui ” -, répété à satiété par les acteurs. Le spectateur peut donc avoir l’impression qu’on se moque de lui en singeant paresseusement des programmes déjà disponibles sur Internet. Quant aux fans de Rémi Gaillard, il semble qu’ils ne se soient pas déplacés en masse, YouTube n’assurant pas systématiquement de fidéliser au-delà des smartphones et des tablettes. Incapable d’exploiter l’insolence du provocateur que Rémi prétend être (un peu plus inspiré, toutefois, quand il s’en prend à nos fétiches modernes, l’automobile ou le golf par exemple), Frydman ne saurait être le Mack Sennett de ce début de siècle, chacun l’aura deviné. _M.B.