Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Nebraska

Un vieillard chancelant et borné n’écoute ni sa femme ni ses fils, et reste persuadé qu’il a gagné un million de dollars. Un papier officiel dans sa poche l’atteste ! Avec Nebraska, Alexander Payne (Sideways, The Descendants) livre un road-movie en Noir & Blanc qui ressemble à bien des road-movies – en gros, de Macadam Cowboy de John Schlesinger à Une histoire vraie de David Lynch. Son film est traversé par un personnage à la fois unique et universel : une vie de labeur, une famille, et le rêve américain toujours chevillé au corps qui lui fait croire, à 80 ans révolus, que la chance se présente à lui. Que va-t-il faire avec cet argent ? S’acheter une camionnette, alors qu’il ne conduit plus… Les ciels nuageux d’Amérique sont bien beaux en Noir & Blanc et les acteurs (si Bruce Dern a reçu à Cannes le prix d’interprétation pour sa prestation, on a la surprise de croiser Stacy Keach dans le rôle d’un ami d’enfance pas forcément bienveillant) ont de vraies belles gueules d’autochtones. C’est charmant, délicieux, un brin mélancolique, ça dit que la vie passe et que ce qui est raté est raté, que l’argent est le nerf de la guerre, qu’à un certain âge les enfants deviennent les parents de leurs parents… C’est classique et simple, un peu convenu, certes. Et en même temps, jouer cette carte du Noir & Blanc, du casting inconnu – qui sait encore aujourd’hui qui sont Bruce Dern (à l’impressionnante filmographie, d’On achève bien les chevaux à Twixt, en passant par Driver) et Stacy Keach (le héros éponyme de la série Mike Hammer) ? – prouve de la part du metteur en scène une grande confiance dans le spectateur. Et, forcément, en l’homme… Ce n’est pas si fréquent… _I.D.