Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Métabolisme

Corneliu Porumboiu (12h08 à l’est de Bucarest, Policier, adjectif, Match Retour) est à n’en pas douter un auteur singulier. Métabolisme consiste en une succession de plans-séquences, quasiment fixes. Pas de seconds rôles, pas de musique, pas de contrechamp. Ce qui intéresse Porumboiu, c’est le mouvement des corps au sein du cadre, et, plus que le réalisme, la réalité des émotions. Ce faisant, il risque de buter sur un écueil autrefois identifié par Marcel Proust, pour qui “si le littérateur ou le poète peuvent aller aussi profond dans la réalité des choses que le métaphysicien même, c’est par un autre chemin, et (…) l’aide du raisonnement, loin de le fortifier, paralyse l’élan du sentiment qui seul peut les porter au cœur du monde”. Car Porumboiu raisonne : les personnages dissertent, évoquant sous des angles différents le même thème, le rapport entre une œuvre et ses moyens de production. La trame de Métabolisme – qui s’en tient aux préparatifs puis à la marge d’un tournage de cinéma – se mêle à cette réflexion : l’amourette entre Paul, cinéaste et Alina, sa comédienne influe sur le film, puisque, leur relation tournant court, le rôle de la seconde s’en voit réduit. En matière d’introspection, Porumboiu va aussi loin qu’il est possible, puisqu’il nous livre notamment une séquence tournée à l’endoscope : quelques minutes de film consacrées à scruter les entrailles supposées du réalisateur, dont nous n’ignorerons désormais plus rien. D’aucuns choisiront de voir là un pensum complaisant et théorique, à la radicalité feinte ; d’autres, une farce à l’austérité trompeuse et d’une honnêteté implacable. _P-J.M.