Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

May In The Summer

Après un très prometteur Amerrika, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2009, Cherien Dabis revient avec May in the Summer, deuxième long métrage où elle tient un double rôle, à la fois devant et derrière la caméra. Pari peut-être un peu risqué à en juger par les nombreux bémols que met le film à notre enthousiasme. À commencer par les multiples ressemblances avec Amerrika. À trop vouloir défendre ses personnages féminins, la réalisatrice en vient à remettre sur le métier le cliché de la femme délaissée par le mari pour une femme plus jeune et plus belle. Deux fois de suite, et déjà un effet de répétition ! Dabis aurait-elle une dent contre la figure du père ? De plus, un certain paradoxe résulte de la construction du personnage : May, l’héroïne, est bien trop passive, voire ramollie, et par voie de conséquence émolliente, pour impulser au film son rythme de comédie. Malgré tout, on retrouve dans certaines séquences la finesse de la direction d’acteurs de la cinéaste, en particulier dans la mise en scène des rôles secondaires. Le trio des sœurs fonctionne bien et Hiam Abbass se montre très juste dans l’interprétation de la mère. On en prendra pour exemple la scène, touchante, où les trois sœurs décident de se confier les unes aux autres, instant d’intimité qui prend fin avec la filature, assez burlesque, de leur mère. L’arrivée de Ziad encalmine un peu la dynamique à la fois légère et grave des quatre femmes, son absence ayant finalement beaucoup plus d’impact et de poids que n’en a son apparition. Cherien Dabis signe donc un deuxième long métrage nettement moins réussi que le premier. Même si la justesse de nombreux moments le rend très agréable. _D.C.