Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Maléfique

Cinquante-cinq ans après avoir immortalisé ce conte avec le célèbre dessin animé de Clyde Geromini, Disney produit une nouvelle adaptation de La Belle au bois dormant. À l’heure où “reboots”, prequels et remakes monopolisent les écrans et ne cessent d’exploiter le juteux filon des franchises, on pouvait craindre le pire… D’autant que l’affaire a été confiée à un spécialiste des effets spéciaux, Robert Stromberg, qui signe ici son premier film. Pourtant, grâce à un scénario malin, à une interprétation plutôt subtile d’Angelina Jolie et à une utilisation habile de la 3D, Maléfique parvient efficacement à renouveler le genre. Car ici, la star n’est pas la gentille narcoleptique mais la méchante sorcière, la fameuse fée Carabosse, rebaptisée ici Maléfique. À l’ambiance colorée et mièvre des contes de fée, Robert Stromberg, fidèle à son personnage principal, préfère un univers gothique, peuplé de monstres, et fait la part belle aux scènes d’action spectaculaires. Toute de noire vêtue et coiffée de cornes démesurées, Angelina Jolie, par ailleurs productrice exécutive du film, réussit à rendre la vilaine fée terriblement humaine. En faisant de la sorcière une femme humiliée en quête de rédemption, elle s’attache à décrire les origines de sa méchanceté et donne une seconde chance au personnage de Disney. Revisitant ainsi par la négative un récit connu de tous, Maléfique remise au placard le sempiternel et vieillot prince charmant pour s’intéresser à une histoire d’amour neuve, maternelle et réparatrice. Nul doute que Bruno Bettelheim, l’auteur de Psychanalyse des contes de fées, aurait trouvé là matière à de nouvelles interprétations… _P-J.M.