Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Lilting

Pour son premier long métrage, Hong Khaou, réalisateur d’origine cambodgienne installé à Londres, s’est inspiré de sa mère pour le personnage de Junn, qui, longtemps après son arrivée en Angleterre, ne parle toujours pas l’anglais et a donc très peu de contact avec l’extérieur quand son fils décède brutalement. Tourné avec un tout petit budget, Lilting est un film intimiste, qui évoque le deuil avec peu d’effets et un récit très concis. Son titre français, auquel a été ajouté Ou la délicatesse, est un véritable pléonasme ! Si le personnage du vieil amoureux gentiment lubrique apporte un peu de légèreté, le film reste dans l’ensemble grave et mélancolique. Hong Khaou confronte cette mère à l’amant de son fils, qui veut légitimer son amour (qu’elle ignorait ou refusait d’admettre) en essayant de communiquer avec elle via une interprète. Au fur et à mesure des échanges, le manque se ressent chez l’un comme chez l’autre. Le dispositif de la traduction est parfois intéressant, permettant au jeune homme de se confier avant de se rétracter. C’est aussi une limite, ralentissant une intrigue déjà très mince. Hong Khaou réunit un beau duo insolite : Chen Pei-pei, icône du cinéma d’arts martiaux (Tigre et dragon) et Ben Whishaw (Bright Star), toujours d’une douce intensité. Il réussit à donner une épaisseur à leurs personnages, sans nous en dire beaucoup sur eux, et parvient, en quelques flash-backs ou scènes de fantasme, à montrer la profondeur de l’amour qui les liait au disparu. Cette construction qui alterne le présent et les souvenirs ou les rêves, sans que ce ne soit très défini, retranscrit bien la perte des repères des personnages. _An.B.