Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Juge

Cela fait des années que les grands studios hollywoodiens, obnubilés par leurs méga-blockbusters et leurs suites, ont perdu la recette des drames adultes qui concouraient aux Oscar et ont laissé le genre devenir l’apanage des producteurs indépendants (au hasard, les frères Weinstein). Le Juge surgit donc tel un OVNI dans le paysage du cinéma américain : un film à star (Robert Downey Jr., acteur le mieux payé du monde), au budget confortable, à la photo – évidemment magnifique – signée Janusz Kaminski (collaborateur de Spielberg depuis La Liste de Schindler) et au sujet sérieux : les retrouvailles forcées entre un patriarche autoritaire, juge de profession, et son “mauvais” fils, Hank, devenu un avocat roublard. Sans jouer la carte ostensible du film à récompenses, Le Juge est façonné comme un drame psychologique profond, où Downey Jr. donne la réplique à la légende Robert Duvall. David Dobkin (habitué des comédies, de Serial noceurs à Échange standard) surligne les différends familiaux (l’alcoolisme de Joseph, la fougue adolescente de Hank…) et se montre bien plus à l’aise dans les intrigues secondaires, où Downey Jr. peut se laisser aller à des saillies comiques très réussies. À la surprise générale, c’est justement Downey Jr. qui tire le plus parti de son rôle assez réducteur, en apportant charme et fragilité à un personnage peu sympathique de prime abord, quand Duvall est cantonné au vieillard abîmé par le poids des années. Si Le Juge échoue dans sa mission de relancer un genre tombé en désuétude chez les grands studios, c’est parce que son scénario, à trop sur-signifier ses intentions, ne laisse que peu d’espace de réflexion au spectateur. _Mi.G.