Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Jimmy’s Hall

Au Festival de Cannes, le matin de la présentation du film à la presse, on pouvait entendre ce commentaire sur les ondes d’une radio nationale : “Un petit Ken Loach qui n’est pas de la trempe de Riff Raff”. Mais Riff Raff en son temps fut considéré comme un “petit” Ken Loach ! On voit bien ce que ses détracteurs reprochaient alors à Jimmy’s Hall : un certain didactisme dans le propos, le relatif anonymat de sa mise en scène… Modeste ou mineur, donc, le film se présente comme un film en costumes – mais en costumes râpés, ceux de pauvres Irlandais qui accueillent, en 1932, le retour de l’un des leurs. Jimmy Gralton, bien que revenu pour mener une existence calme, accepte, à la demande des jeunes gens du pays, d’ouvrir et remettre en état le “Hall”, dancing et lieu d’éducation populaire auquel, dix ans plus tôt, le vieux prêtre s’était opposé, contraignant Jimmy à s’expatrier pour échapper à la police… Il y a dans Jimmy’s Hall une évidence de ton, une volonté affirmée de redire les choses bonnes à entendre : que les livres et les arts ouvrent le cœur et l’esprit de tout un chacun, qu’on ne peut pas appréhender le monde sans une certaine éducation, que les idées collectives sont les plus belles qui soient… On pense au John Ford de L’Homme tranquille, à cause de la verte Irlande, des groupes de villageois qui sillonnent les routes d’un pas décidé et d’une certaine truculence. Mais dans ses couleurs passées, le film semble s’inscrire dans la droite lignée du Vent se lève, Palme d’Or à Cannes en 2006, comme une suite possible du destin de personnages combattifs, hommes et femmes de convictions qui ne peuvent émaner que d’un réalisateur viscéralement concerné par l’humain, le politique et l’espoir. _I.D.