Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

I Origins

Après le remarqué Another Earth, Mike Cahill et son actrice fétiche, la formidable Brit Marling, reviennent avec un nouveau long métrage intriguant, et qui mêle, une fois encore, romance et science, mystique et anticipation. On y suit le parcours de Ian, brillant chercheur en génétique, fasciné par les yeux, qu’il photographie et étudie. Décidé à contrecarrer les théories créationnistes, qui voient dans la beauté et la singularité de l’œil humain des preuves de l’existence de Dieu, Ian, complètement athée, cherche une “séquence” prouvant que chaque paire d’yeux est au contraire déterminée par des processus génétiques, ce qui signifierait que l’on peut créer artificiellement un œil. Ces convictions vont être mises à l’épreuve au fil d’un scénario malin et bien ficelé, comme le suggère le jeu de mots du titre original (l’homophonie en anglais entre “moi” et “œil”). De quoi faire oublier les quelques défauts qui parsèment le film, comme le portrait un brin cliché du mathématicien interprété par Michael Pitt (lunettes et veste en tweed), ou les quelques longueurs dans le déroulement de la première histoire d’amour (avec le personnage d’Astrid Bergès-Frisbey), au détriment peut-être de la clarté du scénario parallèle. Pas toujours facile, en effet, de comprendre les travaux qui monopolisent Ian et Karen, d’autant que le film emprunte de nombreuses pistes sans toujours les suivre jusqu’au bout. De quoi perdre un peu le spectateur. Mais ces faiblesses disparaissent donc dans la deuxième partie du film, où se révèlent ses enjeux réels, et qui prend à contre-pied les poncifs habituels sur les relations amoureuses. _M.Q.