Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Homefront

Avec un scénario signé Sylvester Stallone, Homefront pouvait sembler prometteur. Ce projet, adaptation du roman éponyme de Chuck Logan, l’acteur-réalisateur l’envisageait depuis 2005. Après avoir tourné Rocky Balboa et deux Expendables, il s’est enfin attelé au sujet, mais en tant que producteur. Or, hélas, la réalisation de Gary Fleder (Le Collectionneur, Le Maître du jeu) se montre incapable de répondre aux attentes suscitées par son récit aux allures de western contemporain : pour que justice soit faite, et afin de protéger la seule personne qui compte à ses yeux, Broker (Jason Statham) reprend les armes, quitte à perturber la quiétude d’une petite ville perdue de Louisiane. Malgré ces ingrédients, Homefront ne peut prétendre à la tension dont fait preuve, par exemple, Le Train sifflera trois fois, l’une des références manifestes du cinéaste, et jamais ne nous donne l’occasion de trembler pour le héros. La mise en scène manque à ce point de mesure qu’il est difficile d’en apprécier les enjeux, Fleder filmant de façon redondante et méthodique. Il en résulte un polar aussi propre que fade, dont les codes, convenus, sont de surcroît répétitifs et indigestes, à l’image de ceux qui structurent la bande originale : du heavy metal pour accompagner le gang de motards, une musique doucereuse pour le protagoniste et sa fille à la campagne… Des choix qui, par manque d’ambition esthétique et intellectuelle, mettent à nu le manichéisme sur lequel repose le film. La présence de James Franco, propre à susciter quelque attente, ne fait que décevoir, les promesses de son personnage étant laissées en jachère. Il en va de même pour Broker, qui s’en tient aux topoï du héros classique. Le film, par conséquent, n’est qu’à peine divertissant. _D.C.