Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Grand Homme

Un récit mythique ouvre le film : deux légionnaires, dont l’amitié est légendaire, sont pris en embuscade dans le désert afghan. Comme dans un film de guerre, l’un sauve l’autre, blessé, même si, pour cela, il lui faut désobéir aux ordres. De retour en France, l’absence de papiers d’un des personnages donne au film une couleur sociale. Ces multiples changements de propositions stylistiques accompagnent mais ne parasitent pas un récit qui aborde de nombreux thèmes : la question de l’identité, à la fois enjeu politique et intime, la perte de l’autre, le deuil, la paternité, le déracinement… Ce qui évite la sortie de route, c’est la force de son histoire : simple, solide et prenante. Sa vision de la réalité contemporaine trouve des échos dans le jeune cinéma français. Ainsi, comme dans Les Combattants, se pose à nouveau la question de la préparation militaire pour être en capacité de survivre dans notre société. Ces deux déracinés, subtilement interprétés par J. Renier et S. Sugaipov, ne maîtrisent qu’une seule chose : l’art de la guerre. Il faut être endurci comme des soldats pour faire face au monstre administratif, et ne pas laisser le découragement prendre le pas. Même s’il est montré plus tard, qu’aussi aguerri soit-on, personne n’est à l’abri d’un banal accident de la circulation. Lorsque l’enfant intervient dans le récit, le film trouve enfin son centre et son unité. Et il est assez beau de voir ce foisonnement de thèmes converger et s’agréger autour du visage d’un enfant. C’est Khadji qui va donner un sens à la vie déracinée des deux hommes et à l’histoire qui nous est contée. Ne serait-ce pas lui, le grand homme ? _J.C.