Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Ghb

Sortie confidentielle, sinon sacrifiée sur l’autel des prévisions d’entrées, GHB, dernier long métrage en date de Lætitia Masson, est un film gigogne – ou à tiroir, c’est selon -, un objet singulier et plutôt insulaire dans le paysage cinématographique français. Tourné en 2013, resté coincé sur les étagères de la distribution, le film fait du sentiment amoureux sa grande question à travers l’histoire de quatre femmes en quête de l’amour : un amour authentique, sincère, profond ou harmonieux, et dont l’anti-modèle est tour à tour présenté comme un combat, un contrat, un confort. Mais, précédées, en prologue, puis entrecoupées, d’un essai filmique expérimental et onirique qui, idéalement, pourrait servir à vanter les mérites d’un écran plasma, les postures avant-gardistes de GHB peuvent légitimement exaspérer : dialogues le plus souvent inaudibles et de temps à autre sous-titrés, voix off maniérée, obscurité du récit et de sa logique, insolite séquence arty en noir et blanc, casting entre hype (Marina Hands, Clémence Poésy, Benjamin Biolay…) et session de rattrapage (Elodie Bouchez, Julian Sands…), à quoi s’ajoute une bordée de lieux communs à rendre jaloux les clients les plus fidèles de notre précieux café du commerce. Il n’en demeure pas moins que New York et Paris sont belles, parce que bien filmées, que la photo est superbe, que l’émotion peut, malgré les obstacles évoqués plus haut, affleurer ici et là. Si ce n’est pas de nature à sauver le film d’un échec certifié conforme, on peut espérer sincèrement qu’il ne portera pas excessivement préjudice à la suite de la carrière de Lætitia Masson. Ce serait regrettable, et somme toute injuste. _R.H.