Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Gaby Baby Doll

Gaby Baby Doll est un film au sein duquel Sophie Letourneur essaie de faire coïncider plusieurs voies. Il y a en premier lieu celle du conte, que l’on entendra d’abord dans le sens rohmerien, avant de comprendre qu’il doit en fait être pris dans son acception la plus littérale : celle du pur conte de fées. Ensuite, il y a une “voie Hong Sang-Soo”, avec une mécanique scénaristique fondée sur le ressassement, rappelant des films comme In Another Country ou Haewon et les hommes, qui progressent par répétition et déclinaison en fines variations des mêmes situations, des mêmes lieux, des mêmes promenades (ici, une immuable balade dans la campagne)… Il y a aussi la voie d’une sorte de “buddy movie amoureux”, type Le Sauvage. Enfin, la quatrième voie est celle de l’univers de Letourneur, tel qu’on le connaissait déjà : dialogues improvisés, trivialité assumée, féminisme mal coiffé… Et puis on pourrait encore en distinguer une autre, consistant à aller à la découverte d’une manière plus “traditionnelle” de faire des films, avec des acteurs connus, un scénario plus écrit, etc. Chacune de ces options est potentiellement séduisante. En revanche, la coexistence des cinq n’est pas toujours très harmonieuse. En effet, le style rentre-dedans de Letourneur peine à s’épanouir dans une forme cette fois moins libre, beaucoup plus bordée, et à l’inverse la petite musique du conte ou de la comptine, comme l’efficacité de la comédie, ont du mal à s’imposer faute d’une plus grande rigueur dans l’écriture. Il n’en reste pas moins que la démarche inspire la sympathie, et que la fraîche désinvolture de la cinéaste, autant que le soin qu’elle apporte à ses cadres et à sa mise en scène, garantissent un certain charme. _N.M.