Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Free Fall

On a déjà vu métaphore plus subtile : au début de Free Fall, Marc Borgmann, jeune CRS en formation, est toujours à bout de souffle et peine à suivre le rythme des courses d’entraînement ; à la fin, grâce à l’aide d’Engel, son compagnon de chambrée, il fait la course en tête. C’est que, entre temps, auprès d’Engel toujours, Borgmann a non seulement découvert mais surtout assumé son homosexualité. Sorte de version allemande, et en caserne, du Secret de Brokeback Moutain, le film de Stephan Lacant ne brille pas vraiment par son originalité, ni par sa mise en scène, que ne traverse aucune fulgurance. Néanmoins, porté par un scénario cohérent, des acteurs solides (Hanno Koffler et Max Riemelt) et un montage efficace, Free Fall fait preuve, ce n’est pas rien, de sobriété et d’honnêteté. Sobriété d’abord, grâce à une utilisation plutôt habile de l’ellipse, reléguant hors-champ les passages obligés (premiers émois), et des dialogues qui risqueraient d’être creux. Borgmann et Engel parlent ainsi très peu d’amour et, pour ainsi dire, ne parlent pas tout court : le film les montre comme deux jouisseurs, s’éclatant en boîte de nuit et s’envoyant en l’air comme des adolescents, faisant preuve d’un bel appétit de vie. Honnêteté ensuite, dans le traitement du milieu où évoluent les deux héros. Milieu dans lequel la violence est multiforme. Les deux hommes se battent, se font tabasser ou cognent à leur tour. La mère de Borgmann réagit durement au coming out involontaire de son fils. Quant à l’épouse de celui-ci, doublement trompée, elle réagit avec colère. En filigrane, c’est au spectacle de la déliquescence d’un couple, voire du couple, que l’on assiste. _P-J.M.