Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Fiston

À quoi pourrait bien ressembler aujourd’hui l’éducation sentimentale d’un jeune garçon timide et maladroit ? C’est à cette question, légitime, que Fiston, le deuxième film de Pascal Bourdiaux (après Le Mac, sinistre pochade avec José Garcia), semble chercher à répondre. Destinée de toute évidence à la tribu teenage – la présence de Kev Adams en fait foi – cette comédie pas follement imaginative, il faut l’admettre, repose paradoxalement sur un style d’humour fossile, un paléo-humour en quelque sorte, par le biais notamment de plaisanteries éculées et de calembours à la limite du graveleux. Autant dire que c’est donc avec un certain soulagement que l’on verra, progresivement, le film s’engager dans une veine plus sentimentale. Par ailleurs, le roman d’apprentissage amoureux se double ici d’un buddy movie (genre qui oblige deux personnages que tout oppose à faire un bout de route ensemble et, contre toute attente, à s’apprécier), qui permet de reconduire un attelage très en vogue dans la comédie française actuelle (une figure confirmée, ici Franck Dubosc, et une “jeune pousse”, en l’espèce Kev Adams, l’idole des 9-13 ans, à moins qu’il ne s’agisse des 10-14 ans, afin de pouvoir draguer tout à la fois deux publics cible, papa et “fiston”en somme). Or, si Kev Adams y est égal à lui-même, autant dire au bord de l’amateurisme, mais toujours avec le sourire, Franck Dubosc y campe un réjouissant personnage de has-been, auquel il prête son éventail, rôdé au fil des rôles, de séducteur sur le retour. Sa performance vaut à elle seule le détour et, contre toute attente, incite à la clémence. _L.R.