Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Femmes De Visegrad

Pour son troisième long métrage (après Sarajevo mon amour, Ours d’or à Berlin en 2006 et Le Choix de Luna en 2009), la réalisatrice bosnienne Jasmila Zbanic s’attelle au douloureux sujet du viol utilisé comme arme de guerre en ex-Yougoslavie et qualifié de crime de guerre par le Tribunal pénal international, depuis 2011 seulement. Les Femmes de Visegrad retrace un moment vécu par la comédienne Kym Vercoe, qui joue son propre rôle. Lors de son séjour en Bosnie qui la mena jusqu’à Visegrad, elle découvrit qu’en 1992, 1757 personnes avaient été assassinées et 200 femmes violées dans son hôtel, le Vilina Vlas, pourtant recommandé par son guide touristique. Par opposition aux films de fiction sur le sujet (Au pays du sang et du miel d’Angelina Jolie, As If I Am Not There de Juanita Wilson), celui-ci n’évoque pas la guerre frontalement mais se concentre sur les émotions du personnage. Le spectateur se laisse gagner par son angoisse, en contemplant une rivière pourtant paisible et un pont construit par les Turcs au XVIe siècle. En effet, aucun stigmate du passé, aucun mémorial ne vient contredire le calme de la ville. La réalisatrice parvient à instiller un climat pesant alimenté par les interlocuteurs de Kim qui, pour faire face au traumatisme et à la culpabilité, ont tous choisi la solution du déni ou du refoulement. Les policiers serbes, ex-membres du “centre de rééducation”, la surveillent avant de la chasser ; les habitants sont suspicieux et la directrice du musée de Sarajevo a peine à évoquer les meurtres publics, les gens brûlés vifs et la fierté insolente de leurs tortionnaires. Cette œuvre utile s’inscrit dans la lutte contre l’oubli des massacres perpétrés lors des guerres d’indépendance en Yougoslavie. _M.T.