Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Equalizer

Bientôt membre du club des acteurs sexagénaires oscarisés, Denzel Washington supporte bien le passage des années : avec sa carrure imposante et son jeu tout en retenue, il est tout à fait crédible dans le rôle de Robert McCall, ancien espion – spécialiste des opérations secrètes, autrement dit tueur missionné par l’État – rangé des voitures et menant une vie paisible… Tellement paisible, à vrai dire, qu’elle en devient inquiétante. À vouloir tourner le dos à un passé qu’on imagine aisément sanglant, McCall s’est cloisonné dans un quotidien d’ascète et a laissé ses manies lui édicter ses habitudes. Le (re)basculement dans la violence de cet antihéros, aussi ambigu et discutable soit-il, laissait supposer que le film allait vaillamment s’aventurer du côté du drame psychologique. Il n’en est rien. Sous le contrôle d’Antoine Fuqua, capable du meilleur (l’étonnant Training Day, qui avait justement offert à Washington son Oscar ; Le Roi Arthur et son lot de séquences épiques) comme du pire (La Chute de la Maison Blanche), Equalizer prend des allures de film noir très musclé, alternant laborieusement tête-à-tête efficacement dialogués et exécutions très inventives. Le paradoxe de cette fausse adaptation de série TV est de ne pas céder aux sirènes de l’action pompière mais de chercher désespérément un juste milieu entre Un justicier dans la ville, le thriller psychologique et la filmographie de Steven Seagal (avec son méchant de pacotille), afin de régénérer, semble-t-il, le “vigilante movie”. Si le résultat manque donc singulièrement de cohérence, il est maintenu à flot par la prestation toujours solide de Washington. _Mi.G.