Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Enfants Rouges

Quelques plans mis bout à bout, de jeunes comédiens dont la maladresse n’est guère émouvante, une dramaturgie en coma dépassé, une voix off qui lit un commentaire truffé de verbes au conditionnel pour tenter de faire une histoire de tout cela… Il n’y a décidément rien de sûr ni d’assuré dans ce film, dont la dimension expérimentale finit par se recouper avec une forme d’amateurisme. Certes, la photo en Noir & Blanc, signée Marco Graziaplena, est belle. Mais elle-même finit par devenir agaçante à force d’être mise au service d’un propos qui semble totalement fumeux. On se demande ce qui a bien pu passer par la tête de Santiago Amigorena, qui fut un très bon scénariste pour, notamment, Laurence Ferreira Barbosa (Les Gens normaux n’ont rien d’exceptionnel), Cédric Klapisch (Le Péril jeune), Brigitte Roüan (Post coïtum animal triste) ou Marion Vernoux (Rien à faire), pour se lancer dans cet exercice approximatif et creux. Exercice qui semble, qui plus est, assez prétentieux. En effet, comment comprendre autrement certains plans avec clap et micro ? Comme une volonté de créer une distanciation brechtienne ? Soit. Mais dans quel but ? Pour quelle démonstration ? Quel était le projet d’Amigorena au juste ? Laissons-le l’expliquer lui-même : “Les Enfants rouges est né du désir de savoir si, en travaillant avec d’autres, il m’était possible de sentir ce que je ressens, seul, lorsque j’écris. Mais le but n’était pas de plier mes collaborateurs à mes caprices – fussent-ils des caprices amicaux. Le but était, sans scénario préalable, de faire naître des images et des sons avec eux”. Pourquoi pas ? Mais malheureusement, dans ce film fait à plusieurs, ce qui domine, c’est l’impression qu’il n’y a personne aux commandes. _P.F.