Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

En Vie

Emmanuelle Verani et Éric Bu s’aiment très fort. Ils le disent et ça se voit. Ça se voit car ils sont dans leur film. Un film intimiste. On pourrait même dire un film intime puisqu’il nous parle du plus profond de l’être, du coeur de l’amour et de la sexualité. Depuis longtemps, ils espèrent un bébé. Mais il ne vient pas. La médecine ne comprend pas : tout semble en ordre chez les parents. C’est pour s’adresser à ce bébé en attente, à une absence, qu’ils ont réalisé ce film, afin de parler directement à ce bébé, tenter de lui donner envie d’être en vie. La première partie du film est une démonstration de l’attente : nous sommes prêts, tu peux venir, nous t’attendons, nous avons envie de ta présence. Dans leur nouvelle maison, il y a une chambre pour le bébé. Est-ce qu’on décore la pièce, est-ce qu’on attend ? La deuxième partie est une tentative de publicité pour la vie : regarde ce que nous ferons avec toi (fête foraine, anniversaires, autres enfants, photos de famille…). La troisième partie est une préparation au deuil, à l’éventualité d’une non-venue. Se préparer à ne plus attendre. Désirer, espérer mais faire le deuil pour ne plus souffrir de cette trop longue attente, des espoirs déçus, de l’incompréhension. Éric Bu a beaucoup vadrouillé dans le milieu du cinéma et de la télévision. Il réalise un premier film en 1999, SWAMP !, qui ne parvint (et pour cause !) à convaincre ni le public, ni la critique. Depuis, il a réalisé des films d’entreprise, des vidéos clips et un documentaire : LA FEMME D’UN COUREUR. Emmanuelle Verani est maquilleuse au cinéma, au théâtre et à la télévision. Louis Jouvet se plaisait à dire : « Une mise en scène est un aveu ! » Ici, c’est même une confession. Et il y a de si beaux moments… Un peu de prétention également dans les pensées personnelles : « Le vide, c’est partout où tu n’es pas » ! Beaucoup de courage, certainement. Bizarrement, le film nous parle. Les commentaires en voix off sont crispants, mais il est des images qui touchent au-delà des mots : tous ces moments quand Emmanuelle est avec les enfants (ceux qu’elle maquille ou le petit garçon à sa table de dessin). On la voit crever de désir maternel et c’est bouleversant. Parfois, il y a de l’exhibitionnisme : regardez-nous sur le manège, regardez-nous sur notre canapé. Parfois, il y a de l’émotion : une conversation avec des amis autour d’une table. Surtout, il y a un sujet porteur qui nous touche tous, parents en devenir, parents en désir, parents : l’attente de l’enfant. D’ailleurs, Emmanuelle a une jolie formule : « Je ne peux pas dire aux gens : « j’attends un enfant » parce qu’ils vont croire que je suis enceinte ! Et pourtant, j’attends… »c.C