Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Elle L’adore

Le premier long métrage de Jeanne Herry, qu’elle dit avoir porté près de dix ans, est un travail qui mêle adroitement aux souvenirs personnels étude psychologique et trame de polar. La diversité de ces propositions tisse un film fort, qui s’interroge sur “la banalité des gens connus et sur l’originalité des gens banals”. En effet, rien de moins romanesque que ce Vincent, chanteur adulé mais jamais à hauteur d’homme. En garçon habitué à ne pas se voir contesté, il se complaît dans la compromission, et dans sa capacité décomplexée à mouiller dans ses combines les femmes qui l’entourent. Il se révèle ainsi dans tout son conformisme, soucieux de ne rien solder de son assise, de son succès, de son aura, quand Muriel, modeste et passionnée, n’a rien à perdre et tout à donner : sa lumière, sa fantaisie, son audace et sa force. Alors même qu’elle comprend que son idole cherche à la compromettre pour mieux sauver sa peau, elle continue pourtant à remplir la mission qu’en bon joueur de poker il lui a donnée : lui sauver la mise. Le plus artiste des deux n’est donc pas celui qui s’y croit. La célébrité est ici d’un poids létal et l’arme du crime est une Victoire de la musique, cependant que la rêveuse fantaisie de Muriel la rend si ductile, si résistante à la pression qu’en fin de compte c’est elle qui, par son art de la supercherie, brille et feinte la police. Superbement interprétée par une Sandrine Kiberlain qui donne vie à cette solitaire à la fois innocente et retorse, ce film malin est une fine réflexion sur la passion dans toutes ses démesures : celle, fatale, de Vincent, celle, inconditionnelle, de Muriel pour Vincent et celle, douloureuse, d’un personnage secondaire pour un autre. _N.Z.