Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Dallas Buyers Club

Le Québécois Jean-Marc Vallée, auteur en 2005 du remarqué C.R.A.Z.Y., livre ici, une fois encore, une œuvre maîtrisée. Ce sont d’abord deux époustouflantes prouesses d’acteurs (et de régime) tant pour Matthew McConaughey (Mud), qui se coule impeccablement dans ce personnage de cow-boy pétri de préjugés avant d’être touché par la maladie puis par la grâce, que pour Jared Leto, qui campe un transgenre magistral. C’est ensuite une fine mise en perspective sociale, politique et historique de l’Amérique telle qu’elle tenta de faire face, dans les années 1980, aussi bien médicalement que psychologiquement, à l’hécatombe du sida, initialement perçu comme le “cancer des gays”. C’est aussi la preuve de la mainmise éhontée des laboratoires et des très juteux bénéfices faits sur l’AZT, alors seul traitement autorisé par l’agence américaine des produits médicamenteux (FDA), contre les saisies de laquelle il fallut lutter pied à pied, tout en faisant valoir ses droits jusqu’aux plus hautes instances. C’est enfin le parcours d’un bouseux du Texas – qui n’aime à l’origine rien tant que les beuveries et les joints, le sexe à la va-vite avec des filles sans joie et l’odeur de la peur avant les rodéos – et qui soudain, face à l’adversité d’une maladie aussi foudroyante qu’infamante pour lui, se révèle. Sans rien perdre de sa vitalité et de sa débrouillardise, il apprend la compassion, la tolérance et l’altruisme en fédérant autour de lui ceux-là même que, hétéro triomphant, il avait toujours honnis, ces “lopettes” qui soudain lui font famille. Malgré son recours à un storytelling attendu – le combat d’un individu contre le système -, le film donne à voir, avec efficacité, une personnalité fascinante, dont la maladie aura finalement raison en 1992. _N.Z.