Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Cupcakes

Éclatant, haut en couleurs, Cupcakes se fonde sur deux piliers : l’autodérision et le second degré. Utilisée à petite dose, c’est une formule qui marche. S’y ajoutent quelques touches de finesse, donnant un résultat joyeux et détonnant. Si le film commence par une présentation un peu bâclée de tous les personnages, le reste de l’intrigue coule de source. La compétition UniverSong, qui fait écho à l’Eurovision, permet le déploiement de toute une imagerie kitsch, pleine de paillettes et de chansons acidulées. Eytan Fox (Tu marcheras sur l’eau) dénonce avec allégresse les coulisses des émissions télévisées et l’image fausse qui se dégage de ces événements médiatiques. L’étonnante histoire de ce groupe de chanteurs amateurs qui se bat pour garder son identité est à peine crédible, tant la pression du showbiz est importante en réalité. Mais on finit par se prendre au jeu et par s’attacher à cette bande de joyeux lurons. Le passage des Israéliens à Paris, donnant lieu à une intervention inattendue d’Édouard Baer, renforce la dimension comique du récit. Par ailleurs, si le scénario est bien construit, à trop jouer la carte de la légèreté, il frôle parfois la mièvrerie. L’effet, à l’évidence intentionnel, finit par nuire au film en le privant de toute crédibilité. Par endroits, en revanche, le projet du cinéaste s’avère moins lisible ; ainsi, lors des scènes de spectacle, les prestations sont en play-back, sans qu’il soit possible de savoir si ce choix participe volontairement ou non d’une visée burlesque. Mais, globalement, Cupcakes atteint l’effet escompté : modeste comédie bien ficelée, il fait sourire et, pourquoi pas, chanter. Comme un cupcake, le film est petit, rond et sucré… Mais aussi, potentiellement, un brin écœurant. _M.Q.