Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Crocodile Du Botswanga

Après Case départ, le tandem Fabrice Éboué/ Thomas Ngijol récidive, à peu près dans le même registre. Un peu moins réjouissant, ce second film bénéficie néanmoins du même capital sympathie. On sent qu’Éboué et Ngijol aiment à la fois Gérard Oury et Dieudonné, et que ça ne leur pose aucun problème. Du coup, ils développent un humour bien dans ses baskets, qui suit son bon plaisir sans jamais chercher à caresser dans le sens du poil l’un ou l’autre de ses publics potentiels, que ce soit en mettant la pédale douce au nom d’une idée de ce que le grand public est capable d’encaisser, ou en surenchérissant dans la provocation au nom d’une radicalité dont il faudrait sans cesse prouver la force et l’audace. Le film avance donc à son pas, dans son style, avec une agréable décontraction. Après, force est de reconnaître que les deux compères sont beaucoup plus efficaces dans la sale blague bien envoyée que dans la construction d’un grand divertissement populaire. En effet, tout ce qui relève ici d’une sorte de déclinaison de La Folie des grandeurs semble un peu top bâclé (à la fois dans la narration et dans la construction des gags) pour ne pas diluer un peu le rythme de l’ensemble. Il n’en demeure pas moins qu’Éboué et Ngijol, tous deux issus du Jamel Comedy Club, restent les deux plus intéressants représentants de la troupe et de l’humour communautaire sur lequel s’est forgée son identité. En effet, cette année, sur le même créneau, leurs collègues Amelle Chahbi (Amour sur place ou à emporter), Frédéric Chau (Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?) et Noom Diawara (présent dans ces deux films) ont nettement moins convaincu… _N.M.