Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Cours Sans Te Retourner

Réalisateur allemand, Pepe Danquart cherchait “un sujet fort qui permette de réaliser un film historiquement précis, intense et grave et aide à lutter contre l’oubli”. Il a clairement fait, de ce point de vue, un choix des plus judicieux. Comment, en effet, malgré une facture un peu classique, ne pas se laisser emporter par l’intensité de la tragédie et la violence du destin de cet enfant promis à la mort, mais aussi et surtout par sa sidérante et malicieuse obstination à survivre ? D’où viennent cette force et cette lumière, si ce n’est de la promesse qu’un enfant fit implicitement à ses parents de leur survivre, afin de dire qui ils étaient ? C’est ce dont témoignera toute sa vie Yoram Fridman, celui qui a inspiré l’histoire du petit Srulik, désormais brillant professeur de mathématiques en Israël, où il vit entouré de sa nombreuse descendance, dont on voit les beaux visages rieurs à la fin du film. Dans ce travail, l’ambition était de pouvoir s’adresser aussi aux enfants, sans didactisme affecté ni horreur inutile, si ce n’est le calme effroi de temps obscurs et de leur habituel cortège de salauds ordinaires, de traîtres, de profiteurs de guerre mais aussi d’hommes et de femmes lumineux, charitables et courageux, qui sauvent un enfant, justement parce qu’ils savent se souvenir que c’est un enfant. Même si ce dernier ne doit, dans le fond, sa survie qu’au fait d’avoir feint d’être un orphelin polonais catholique, il reprend finalement sa pleine et entière identité de juif, l’infamie en moins, et en portant au cœur, vivante, vibrante, la promesse faite à son père – lequel s’était sacrifié pour le sauver – de ne jamais oublier qu’il est juif. Ce film en est clairement le puissant témoignage. _N.Z.