Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Comme Une Image

Après LE GOÛT DES AUTRES, Jaoui poursuit ses chroniques sociologiques sur le ton de la comédie, axant son regard sur les femmes, et réfléchissant sur les pouvoirs tyranniques de la gloire, des médias et du désir de reconnaissance sociale (avec leurs malentendus). Il faut avant tout applaudir la saveur des dialogues et l’intelligence du scénario qui amène le spectateur à se remettre en question. Cette galerie de personnages lui rappelle fatalement des gens qu’il connaît. La satire évite de jouer la carte facile du mépris, et laisse une chance à ses personnages. Seul Étienne se vautre dans le cynisme et la suffisance (sans doute pour cacher un mal de vivre pathétique, mais ce n’est pas une excuse) jusqu’à ce que cela lui revienne à la figure. Le personnage central de Lolita (« une colère sur deux pieds ») est très bien analysé à travers ses relations avec les garçons, sa belle-mère, et surtout son père. Les personnages de Sébastien (en fait Rachid), Karine, Pierre, et Vincent (le souffre-douleur de service) sont assez justes. Sylvia, qui a le don de culpabiliser tout le monde, est le révélateur de la tyrannie que la frime et les normes sociales nous imposent quotidiennement, en premier lieu le sexisme ordinaire, comme celui d’Étienne. On regrettera seulement qu’Agnès Jaoui se soit offert le beau rôle (après une rapide autocritique, elle est la seule à être lucide et honnête dans ce monde hypocrite). Son talent de réalisatrice n’avait pas besoin de cette étiquette de donneuse de leçon.M.B.