Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Chemins De Traverse

Voici sans doute le film le plus profondément personnel de Manuel Poirier, alors que c’est paradoxalement son premier film à ne pas s’appuyer sur un scénario original (il s’agit de l’adaptation d’un roman espagnol, transposé en Bretagne, de Rennes à Brest). Avec une chaleur non feinte, ce film dédié « à l’amour partagé » présente une fois encore un personnage fragile qui doit se débrouiller avec la vie, avec sa propre histoire, pour évoluer, devenir adulte. Plus profond mais moins agréable que WESTERN, aussi sensible mais moins fort que MARION, ce film de la maturité est un peu à l’image de la vie. Pour le fils, comment grandir ? Pour le père, comment assumer ses erreurs ? À la fin, le père ne cache plus ses failles, alors que le fils devient adulte. Et tous les deux se sauvent mutuellement la vie. Sergi Lopez, dont c’est la septième collaboration avec le réalisateur, rend avec tact la fragilité et la vulnérabilité de son personnage face au jeune Kevin Miranda, qui fait preuve d’une subtile présence, malgré ses silences assourdissants. Pour rendre l’humanité de ses personnages, Manuel Poirier a choisi un dispositif fuyant les facilités et la manipulation d’un montage sur-découpé. Avec Rivette, Poirier est l’un des rares réalisateurs à refuser d’installer de façon factice un rythme trépidant. On est loin du millier de plans des films standard. Les 178 plans de CHEMINS DE TRAVERSE, tournés chronologiquement, créent ainsi un rythme lent, méditatif, juste, en deux mots : authentiquement humain.M.B.