Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Changements

La construction du film, les relations ambiguës décrites entre les personnages (où se mêlent à méfiance, hostilité et attirance, curiosité et envie de s’épancher, peur et désir d’avancer dans sa vie) rappellent certaines œuvres nées dans les pays de l’Est, alors sous le joug communiste, dans les années 60. À cette époque, un petit dégel permit à nombre de cinéastes de développer un regard plus ironique et critique (empreint souvent de l’humour triste plein de points de suspension cher à la « Mittel Europa ») sur la société et les relations humaines. On pense donc à Milos Forman, Roman Polanski, Jiri Menzel, Ivan Passer, Jerzy Skolimowski, Vera Chytilova… Mais Lukasz Barczyk n’est pas à la hauteur de ces glorieux prédécesseurs. Son style est trop démonstratif et manque donc de légèreté pour aborder des problèmes graves. À trop placer ses personnages dans des situations critiques exacerbées, à trop les acculer et les étouffer dans des nœuds dramatiques gordiens, avec un style alambiqué, et finalement faux jeton, qui se refuse à les soutenir dans leurs affres d’incertitude, il prive le spectateur de toute empathie, pourtant bien nécessaire pour comprendre ce qui se trame sur l’écran. La ligne narrative manque de définition et de clarté, ce qui ne fait que souligner l’artificialité des entrelacs du récit. Au fil de la projection, le montage se révèle compliqué de façon outrancière car ne reflétant pas la complexité des relations entre les personnages. Un film de plus dont on ne ressent pas l’urgence.P.F.