Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Budori

Adapté d’une nouvelle publiée par Kenji Miyazawa en 1932, Budori place les phénomènes magiques et surnaturels au cœur de son récit. La comparaison avec le maître de l’animation japonaise, Hayao Miyazaki (qui signait cette année son probable dernier film, le splendide Le Vent se lève) peut alors sembler inévitable, au risque de faire de l’ombre à l’œuvre de Gisaburô Sugii, lequel n’est pourtant pas le premier venu, puisqu’il a notamment réalisé, en 1963, la toute première adaptation cinématographique de la série de mangas Astro, le petit robot. Le principe de départ semblait pourtant des plus prometteurs : mettre en scène les aventures extraordinaires d’un chat humanisé, avec de jolis décors et des éléments mystérieux (à tel point que l’on n’y comprend parfois plus rien), le tout au service d’une fable gentiment écolo. L’histoire rend compte des terribles conditions de vie des paysans dans le Japon des années 1920 et brasse quantité de thèmes (les caprices de la nature, les vertus du sacrifice, l’importance de la famille) qu’elle peine hélas à articuler. Car l’inspiration du scénario, traversé d’incohérences et de longueurs, est en dents de scie. Mais le film intrigue néanmoins par la versalité de son récit (qui, fait rare dans le contexte d’une fable familiale, commence dans une grande douceur et s’achève de façon tragique), curieuse à défaut d’être tout à fait convaincante, et trouve à séduire, çà et là, par ses formes harmonieuses et ses couleurs enchanteresses. Budori ne prétend peut-être pas à la plénitude propre aux fleurons des studios Ghibli, mais il n’en dispose pas moins de qualités réelles. _La.R.