Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Brooklyn Babylon

Cela se termine comme un conte de fée, avec des références évidentes à Shakespeare et un discours social, pas politiquement correct. Le contexte de violence ethnique dans lequel sont situés les événements évite au film de sombrer dans la guimauve. De fait, l’histoire d’amour est assez convenue. Les oppositions sociales et communautaires sont là pour donner du piquant à toute l’affaire. On regrettera le parti pris trop appuyé du réalisateur pour les rappeurs, pacifiques et ouverts, devant affronter des Juifs traditionalistes violents et bornés. Métaphore autour du conflit israélo-palestinien ? Image des États-Unis aujourd’hui ? Marc Levin, réalisateur et scénariste, est un artiste engagé qui a à son actif SLAM (1998), où un jeune afro-américain parvenait à se réinsérer grâce à la poésie, et WHAT CAN WE DO TO OVERCOME YOUTH VIOLENCE, un documentaire de 1995 sur la violence chez les adolescents. Il réussit ici à combiner le film musical avec le constat social engagé, ce qui donne un côté underground à son évocation babélienne des rapports humains dans les mégalopoles. Il s’est associé le talent de Tariq Trotter, chanteur charismatique du groupe de hip-hop The Roots. Incidemment, New York prend sa part dans la distribution, et donne toute sa crédibilité à une intrigue solide et moderne. Un film inégal, doté de belles intentions, d’une réalisation efficace, et de solides interprètes, mais dont le scénario reste relativement ambigu, en raison de son évidente partialité.C.C.