Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Boxtrolls

Les Boxtrolls consiste en un mélange de stop-motion et d’effets numériques. Les puristes pourront le regretter, mais le résultat est à vrai dire d’une fluidité incontestable. Le scénario tire son épingle du jeu, brillant par sa diversité thématique, l’un de ses aspects étant la découverte de l’autre, la versatilité du regard que l’on porte sur lui – ou comment les inquiétants Boxtrolls s’avèrent être d’adorables petits monstres. La délirante appétence pour le pouvoir est symbolisée par le port du chapeau, fragile attribut qui permet de dépasser les autres d’une tête, quand la soif de l’or est représentée par l’obsession du fromage, valeur hautement sacrée de cette petite société où l’on préfère investir dans des meules de fourme que dans des hôpitaux. La morale est claire. Le vilain, Archibald, irrésistiblement attiré par les délices fromagers, refuse d’admettre l’évidence : il y est allergique. Se gavant de roquefort, il se transforme en œdème vivant et, ramené à sa condition de gigantesque pustule, explose, comme pour donner raison à Virgile : “Auri sacra fames” (“Maudite soif de l’or !”). Et l’on peut enfin voir en cette sorte de Castafiore, cette crieuse publique qu’est Madame Frou-Frou, une satire des médias qui, propageant la peur, sont inféodés aux usurpateurs du pouvoir. Outre la subtilité de son scénario, visuellement, le film est une véritable œuvre d’orfèvrerie, un curieux cocktail qui évoque à la fois Tim Burton, Charles Dickens et le steampunk. S’il ne prétend pas à la même palette émotionnelle que Coraline, précédente production des studios Laika, il confirme que ces derniers ne sont pas condamnés à rester dans l’ombre des géants Disney et Pixar. _P-J.M.