Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Big Fish

Un film de Tim Burton est toujours un événement en soi. Surtout quand le film en question a plus à voir avec EDWARD AUX MAINS D’ARGENT qu’avec LA PLANETE DES SINGES. Pour BIG FISH, Burton retourne aux sources qui ont fait son succès : une trame de conte, avec des personnages forts (voire marginaux) et attachants, dans un univers poétique et féérique. L’ensemble ne manque pas de charme. Burton tire le meilleur parti de ses comédiens (notamment les trop rares A. Finney et J. Lange), et trouve dans la complexe relation père – fils (illustrant en parallèle la dualité entre mensonge et vérité) une passionnante source d’inspiration. Bien qu’il ne soit cette fois pas l’auteur du scénario (adaptation d’un best-seller américain), le réalisateur se l’approprie avec brio, jusqu’à sembler parfois se copier lui-même (la forêt maléfique de SLEEPY HOLLOW, les maisons idylliques d’EDWARD…). On peut toutefois regretter quelques effets narratifs ou formels plus hollywoodiens que dans les œuvres véritablement personnelles du cinéaste. Il manque peut-être à BIG FISH le grain de folie typiquement « burtonien » qui rendait BEETLEJUICE si délirant, EDWARD… si émouvant, et qui n’est esquissé ici que par les (trop) courtes apparitions de S. Buscemi dans un rôle de poète déjanté. Pourtant, malgré sa facture un peu trop consensuelle et mélodramatique, BIG FISH possède une douce magie et reste une tentante invitation à fantasmer sa vie pour l’embellir.L.R.