Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Bethléem

“Bet Lehem” indique le panneau sur lequel de jeunes Palestiniens s’entraînent à tirer. Parmi eux, Sanfur se détache du lot. Dès le premier plan, l’acteur novice Shadi Mar’i impose une fragilité, une opiniâtreté, un regard. Personnage complexe, Sanfur navigue entre ses racines palestiniennes et son lien quasi filial avec Razi, l’agent israélien dont il est l’informateur. Razi et Sanfur se trouvent pris dans des dilemmes de loyauté entre leur amitié et leur camp. Autour de ce duo se tisse la trame de ce premier film qui plonge au cœur du petit monde de Bethléem, entre militants fiévreux des Brigades d’al-Aqsa, politiciens louvoyants de l’Autorité palestinienne et agents tous terrains du Shin Bet. Moins que l’intrigue, c’est ce maillage de relations entre les différents acteurs du conflit qui captive ici. Le scénario a été coécrit par le journaliste palestinien Ali Waked, qui y a apporté sa fine connaissance du terrain. Hasard du calendrier, la relation entre agent et informateur était aussi au cœur de Omar, du Palestinien Hany Abu-Assad, sorti le 16 octobre 2013. Comme lui, le réalisateur Yuval Adler s’intéresse donc aux coulisses de l’histoire récente, plus particulièrement à la fin officielle de la seconde Intifada, en 2004-2005. Et si Bethléem est moins maîtrisé que ne l’est Omar (la comparaison est inévitable), il n’en reste pas moins passionnant car très documenté. Récompensé de plusieurs Ophirs (les César israéliens), Bethléem se perd finalement dans les méandres de la cité. Mais il a la grande qualité de mettre des visages, de l’humain, derrière l’inaudible litanie des nouvelles quotidiennes du conflit israéo-palestinien. _I.B.